0652054445
8 rue tuilerie 13350 Charleval
Contre expertises / Litiges

 

Lors de litiges avérés ou de désaccords sur la cause du sinistre dont vous êtes victime, nous procédons dans la mesure du possible à une expertise complémentaire sur site, si les mesures conservatoires le permettent. Le cas échéant nous étudions les rapports d'expertises avec attention.
Le but étant de démontrer scientifiquement en relation avec le guide NFPA 921, que la méthodologie employée pour déterminer ou non le point d'origine ne peut aboutir à déterminer de causes, ni de responsabilités avérées.

Une investigation incendie représente une mission complexe nécessitant une compétence et des connaissances scientifiques, techniques et technologiques. L’enregistrement des faits, ainsi que l’analyse de ces faits devraient être réalisés en toute honnêteté et objectivité, et sans biais, idées préconçue ou préjugé. Cela nécessite la mise en place d’une méthodologie appropriée qui consiste d’abord à déterminer et à établir la ou les origines, puis à rechercher la cause ; circonstances, conditions, ou actions qui ont permis la réunion de la source d’ignition, du combustible, et du comburant.

L’approche systématique recommandée est celle des méthodes scientifiques utilisées en sciences physiques. Cette méthode fournit les éléments recherchés lors du processus organisationnel et analytique, nécessaire à une investigation d’incendie réussie.

Une expertise se base sur :

L’approche systématique recommandée est celle des méthodes scientifiques utilisées en sciences physiques. Cette méthode fournit les éléments recherchés lors du processus organisationnel et analytique, nécessaire à une investigation d’incendie réussie.

La méthode scientifique correspond à une recherche d’informations qui constitue la base d’un processus scientifique et technique sérieux, comprenant aussi les investigations sur site. On l’applique en respectant les étapes définies par le NFPA 921.

La méthode qui consiste à déterminer la source d’ignition d’un incendie en éliminant successivement toutes les sources d’ignition dont on pense, sait, ou croit qu’elles ont pu être présentes dans la zone d’origine du feu, puis en disant qu’une telle méthode permet d’établir la preuve d’une source d’ignition pour laquelle il n’existe aucune trace de son existence est qualifiée de « corpus négatif ». Ce corpus négatif est typiquement utilisé pour qualifier certains incendies de volontaires, bien que cette méthode soit aussi mise en œuvre pour qualifier certains incendies d’accidentels. Cette façon de procéder qui ne respecte pas les principes d’une approche scientifique, est incorrecte, et ne devrait pas être utilisée car elle conduit à formuler des hypothèses qui ne peuvent être évaluées, et peut aboutir à une détermination erronée de la source d’ignition et du premier combustible enflammé. Toute hypothèse en rapport avec les facteurs causal (premier combustible enflammé, source d’ignition et la chronologie d’inflammation) doit s’appuyer sur des faits. Ces faits sont établis à partir de traces laissées par l’incendie, des constats, des calculs, des essais, et des lois de la physique. Aucune spéculation ne peut être prise en compte dans l’analyse.

Le point d’origine n’ayant pas été déterminé, la cause ne peut donc par conséquent être déterminée. Le niveau de qualité de la conclusion ne peut que refléter celui des données exploitées pour aboutir à cette conclusion. Lorsque le niveau de certitude n’est que « possible » ou « envisageable » la cause de l’incendie ne peut pas être établie et devrait être classée « d’indéterminée ». L’avis sur le degré de certitude des données recueillies au cours des investigations ou des hypothèses tirées de l’analyse des données est de la responsabilité de l’investigateur.

Vous êtes en désaccord avec les conclusions d'une expertise

Vous contestez les décisions de l'expert en charge de votre dossier. Nous pouvons vous aider à y voir plus clair. Contactez nous sans engagements.